En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.

La fabrication au fil des siècles d'huile d'olive à Mérindol

Au XVIe siècle, le matériel utilisé est relativement évolué. Le broyage des olives s'effectue déjà, à l'aide d'une meule de pierre perpendiculaire tournée par des animaux (ânes, boeufs, chevaux), c'est le "moulin à sang" qui va perdurer plus de trois siècles en France.

La pâte d'olive obtenue est placée dans des couffins en fibres végétales tressées appelés des scourtins. Le pressage de la pâte est réalisé sous une presse à vis (en bois) actionnée par la force de deux ou trois hommes. Le jus obtenu contient l'huile et l'eau végétale des olives.

Après quelques jours de décantage, l'huile de surface est séparée de l'eau des margines. Cette séparation est manuelle et requiert une grande habileté.

Ces quatre étapes fondamentales de la fabrication de l'huile d'olive sont restées immuables au fil des siècles, depuis la plus haute antiquité jusqu'à nos jours.

L'ère moderne...
Au début du XXe siècle, la famille BOUDOIRE devient propriétaire du Moulin. Les premières presses hydrauliques électriques vont y être installées. En 100 ans, les broyeurs et les presses ne vont cesser de se perfectionner, alliant puissance et rapidité. Les opérations de décantage et de séparation sont désormais assurées par des centrifugeuses.

Au XXe siècle...

Aujourd'hui, le broyage est toujours effectué par les meules de pierre. Depuis 1998, le Moulin fonctionne avec un matériel répondant aux normes européennes en matière d'hygiène et de sécurité. L'extraction de l'huile vierge extra s'effectue à froid, dans le plus grand respect des règles de fabrication transmises par nos ancêtres. Chaque année le Moulin transforme 150 à 350 tonnes d'olives apportées par un millier de producteurs locaux.